Le Pique-Prune ou Scarabée Pique-Prune est un insecte en régression.

L'espèce est un chaînon essentiel dans le fonctionnement écologique des milieux forestiers, et sa préRésultat de recherche d'images pour "le pique prune"sence est un bio-indicateur fiable de la qualité des milieux. Elle est strictement protégée par l'arrêté du 23 avril 2007 fixant les listes des insectes protégés sur l’ensemble du territoire et les modalités de leur protection.

Un moyen de protéger cet insecte est de restaurer et conserver un réseau suffisamment dense et écologiquement interconnecté de bois mort et d'arbres sénescents, ainsi que de vieux arbres dans les haies et prairies.

Le Pique-Prune est présent au Lanot de Castet. Nous en avons trouvé dans un magnifique vieux chènes malheureusement abattu depuis.

Espérons que le comité de pilotage, la volonté des élus, la responsabilité de tous devant l'impérieuse nécessité de préserver la faune qui disparait à vitesse grand V, permettra de créer des zones de respect de la nature au Lanot de Castet.

Pour rappel, les oiseaux et les insectes sont en voie de disparition si rien n'est rapidement fait. A savoir la création de réserves intégrales naturelles, de forêts non exploitées, et une agriculture qui ne traite plus chimiquement, ni ne tasse la terre. Quant au bétonnage des sols, ils ont aussi un impact catasqtrophique, empêchant l'air et l'eau de pénétrer.

Selon une étude internationale menée en Allemagne depuis 1989 les populations d'insectes ont chuté de 80%. L'étude indique : "Nos résultats documentent un déclin dramatique des insectes volants, de 76% en moyenne et jusqu’à 82% au milieu de l’été, dans les aires protégées allemandes, en seulement vingt-sept ans". Le facteur principal avancé par les scientifiques : l'intensification des pratiques agricoles avec, en premier lieu, le recours accru aux pesticides. Source : Etude scientifique publiée mercredi 18 octobre 2017 par la revue Plos One, relayée par France Info

Les oiseaux et particulièrement les passereaux disparaissent également des paysages : Le printemps risque fort d’être silencieux. Le Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ont annoncé, mardi 20 mars 2018, les résultats principaux de deux réseaux de suivi des oiseaux sur le territoire français et évoquent un phénomène de « disparition massive », « proche de la catastrophe écologique ». « Les oiseaux des campagnes françaises disparaissent à une vitesse vertigineuse, précisent les deux institutions dans un communiqué commun. En moyenne, leurs populations se sont réduites d’un tiers en quinze ans. » Source Le Monde du 20 mars 2018

Plus inquiétant, les chercheurs observent que le rythme de disparition des oiseaux s’est encore intensifié ces deux dernières années.

Michel Chalvet, GEOB